CRITOC

Plate-forme d'échanges et de retours de spectateurs d'ARTS DE RUE (festivals Eclat d'Aurillac, Chalon dans la rue, etc.)


    Marat Marble

    Partagez
    avatar
    Marble
    Admin

    Messages : 8
    Date d'inscription : 28/07/2015

    Marat Marble

    Message par Marble le Mar 28 Juil - 20:33

    100 ISSUES                           SONATE POUR 4 CHIENS                                (CHALON 2015)
    À voir.

    AKALMIE CELSIUS                   C'EST DE L'AUTRE CÔTE                                (CHALON 2015)
    Vraiment pas terrible. Pas au point.

    La BARAQUE AUX ZHEROS         MANDRIN                                (CHALON 2015)
    Pourquoi pas...

    Les BARBARINS FOURCHUS        LE QUASI QUATUOR                                (CHALON 2015)
    Pourquoi pas...

    BEGAT THEATER                     LA DISPARITION                                (CHALON 2015)
    À voir, (vraiment) !

    Le BUS ROUGE                        LES ODES RURALES                                (CHALON 2015)
    Plutôt moyen.

    CIRQUE ELECTRIQUE                STEAM                                (CHALON 2015)
    Plutôt moyen.

    La DEBORDANTE*                      RASSERMBLEMENT                                (CHALON 2015)

    Avis général : Un peu mitigé...

    Davantage dans la lignée de Dispersion que dans celle de Ce qui m'est dû (le titre, sans doute, l'annonce), la nouvelle pièce de La Débordante propose une formule itinérante qui ne manque pas d'intérêt, en se servant des trottoirs opposés des rues comme d'une scène et d'un « gradin » défilants. Toutefois, l'usage qui est fait de ce principe scénique est plutôt décevant.
    Car que font les interprètes ? (il faut préciser ici que quatre parcours parallèles sont proposés, et qu'en ce qui me concerne la paire de danseurs que j'ai suivie était composée d'Anne Sophie Gabert et Pierre Glottin). Comment la pièce « thématise »-t-elle leur progression dansée ? Je n'ai pas pu me défendre du sentiment que ce point est peu travaillé et s'appuie sur un impensé qui, une fois de plus (cf. Ce qui m'est dû, Aurillac 2014) rend la proposition chorégraphique « arbitraire » et comme « hors de propos ». Je m'explique. On a le sentiment d'assister à une énième variation sur le thème « habitons l'espace public, l'espace quotidien, comme on n'ose pas, comme on ne penserait d'ailleurs pas à le faire, exploitons ses potentialités, investissons le, et restituons le à ses habitants ». Sauf que si c'est bien cet objectif (classique et fort vaste) que poursuit Rassemblement (on voit mal, à première vue en tout cas, quel il serait autrement, une fois mis de côté l'intérêt formel de la formule scénique et l'intérêt « chorégraphique pur » des éléments dansés, pour le peu que j'en comprends), le bilan n'est pas très bon.
    En fait malgré moi, en voyant les danseurs, visiblement pressés par le temps (la pièce a pas mal débordé la durée annoncée), c'est tout à fait autre chose qui m'est revenu à l'esprit, et qui m'a paru constituer une des singularités réelles et inaperçues de Rassemblement. Ceux qui ont connu les aventures de certain plombier nippo-italien au temps des game boy et des super nes me comprendront peut-être. Pour moi, la pièce fait écho d'une façon assez inattendue aux jeux de plate-formes dits « fil de fer ».
    Car que fait Mario ? Il avance régulièrement, malgré quelques va-et-vient, se hâte, et surtout saute sur et dans tout ce qui bouge et ne bouge pas, rentre dans les canalisations, interagit potentiellement avec l'ensemble des éléments du décor qu'il traverse. N'est-ce pas à peu près ce que font les interprètes de Rassemblement ? Aucun réalisme dans le traitement de la rue, on ne peut pas dire que soient « dévoilés » des potentialités et rapports inhabituels aux/des éléments urbains que dérangent et sollicitent en passant les danseurs. Ils se déplacent en fait dans un univers parallèle, matériellement identique au nôtre, mais qui n'a affectivement rien à voir.
    Cette lecture de la pièce semblera peut-être trop biscornue pour être pertinente. Pourtant j'ai le sentiment qu'elle vient combler un certain vide, laissé par des intentions peut-être inabouties, et que d'ailleurs comme disait Valéry, en art, c'est pas l'intention qui compte, c'est ce qu'on a vraiment réalisé à la fin – le seul intérêt de l'intention, c'est d'avoir amené à produire quelque chose et peu importe l'intention lorsque son produit s'en éloigne. Tant qu'à aller vite, tant qu'à hâter le pas, tant qu'à taper dans tout, il me semble que le rapprochement ici suggéré pourrait être creusé, gagnerait en tout cas à être conscientisé, fût-ce pour le désamorcer et le rendre impossible.
    De façon plus générale, j'ai eu le sentiment devant Rassemblement que le travail de défrichage en amont des lieux parcourus manquait de substance et d'approfondissement. En dehors de quelques passages mieux foutus (comme celui où une interprète invite une vendeuse à danser dans la vitrine d'un magasin de fringues), on voit surtout des petits « trucs » qui donnent l'impression d'avoir été trouvés vite fait et enfilés sans liant.
    La pièce toutefois ne s'arrête pas là. Des « idées », il y en a je crois deux autres dans Rassemblement. Celle d'une convergence des quatre lignes de danse, d'abord. A ce propos, avant le grand rassemblement final, le couple que j'ai suivi en a, à moment donné, croisé un autre dans sa course (j'imagine que les deux autres se croisent aussi ?). Et il m'a semblé qu'il aurait été intéressant que ce croisement soit répété ou mieux exploité, que quelque chose se passe véritablement lorsque ces courses se recoupent, que les spectateurs qu'elles drainent se mêlent, hésitent, s'échangent, faussent compagnie parfois à leurs leaders. Bref, j'ai eu le sentiment qu'une autre analogie formelle à laquelle la pièce invitait facilement restait inexploitée : celle d'une confluence (fluviale). C'est un peu étrange que ce schème du rassemblement n'ait pas été traité de façon plus soignée, puisque c'est là-dessus que le titre de la pièce met l'accent.
    Dernier concept enfin, qui prolonge les recherches de Dispersion, avec moins de réussite sans doute que dans Le Nom du Lieu (Ex Nihilo, Chalon 2014), celui d'un façonnage du corps public par les déplacements (encerclements, traversées…) des interprètes. Et c'est évidemment le rassemblement des spectateurs, davantage que celui des danseurs, que vise la pièce. C'est là, en filigrane, en tout cas, il est possible d'en arriver à cette hypothèse quand on connaît déjà Ce qui m'est dû (Aurillac, 2014), sa dimension sociale et même morale. A mon sens, seul le geste final peut vraiment être porté au crédit de cette prétention, c'est le seul qui je crois fonctionne réellement, en tout cas c'est celui qui produit un indéniable effet sur le public. C'est vrai que soigner son final est une qualité précieuse dont certaines pièces manquent un peu (celui de Contact – La Cie du 2ème, Chalon 2015, aurait par exemple beaucoup gagné à être mieux peaufiné). Le hic, c'est qu'ici, l'intérêt de ce qui précède, ce sont surtout les phases de danse collective semblables à ce que proposait déjà Dispersion (Chalon, 2012), que sur ce point l'innovation est assez peu sensible (ça au fond peu importe peut-être, s'ils sont plaisants en eux-mêmes…), et plus problématique, qu'ils sont plutôt juxtaposés qu'articulés aux autres séquences.
    Des longueurs donc, et surtout un « geste » de rassemblement plus « lisible » que sensible (dont l'intention est plus manifeste que les effets), que tout le monde sans doute a « compris », mais que certains spectateurs ont ressenti, lorsqu'on laisse traîner l'oreille, comme une sorte de « prise d'otages », plutôt que comme un événement qui les amènerait à se sentir membres d'un groupe, a fortiori à se rapprocher ou à se rencontrer. Façon d'incarner, de matérialiser le volontarisme éthique de Ce qui m'est dû, peut-être ? Si c'est le cas (encore une fois, est-ce qu'on se poserait cette question face à une pièce vraiment réussie ?), alors une fois de plus, l'articulation du propos et du vocabulaire est bancale. Ce qui m'est dû « superpose » un langage des signes qui, sans être la traduction de la « confession d'un enfant du siècle » d'H. Desfarges - tant mieux - ne fonctionne pas non plus comme un contrepoint écrit de façon à apporter vraiment quelque chose à cette dernière. Rassemblement laisse transparaître un sens tout intellectuel, mais le corps sentant lui, la plupart du temps, ne joue pas comme il le pourrait le rôle d'un vecteur de compréhension du sens.

    Les DECATALOGUES                 LA METHODE URBAIN                                (CHALON 2015)
    À voir, en priorité !

    Les DESSOUS DE BARBARA CRAZY SAFARI

    Avis général : Un peu mitigé... Pas au point.

    Après Mets pas ça dans ta bouche, les Dessous de Barbara préparent un nouveau spectacle, pour l'instant moins bien rôdé, mais prometteur, qui met à nouveau quelques prouesses (jongle…) au service d'une narration comique. La distribution est, en l'état actuel des choses en tout cas, beaucoup moins équilibrée que dans l'opus précédent, l'un des trois comparses intervenant très peu, et on peut s'inquiéter de cette tournure de one-man show que prend parfois la pièce, non que le principal protagoniste soit mauvais, loin de là, mais parce que ce sont justement les interactions incessantes des trois collègues qui faisait de Mets pas ça une pièce aussi vitaminée et drôle.
    Pour l'heure, quelques accrocs et problèmes de rythme restent à résoudre. Le thème abordé n'est pas révolutionnaire (colonialisme, exploitation des animaux exotiques, si tant est qu'on puisse résumer ça comme ça sans être trop pédant), la bascule finale est attendue et la critique ne mange pas de pain, mais les Dessous, dont le talent n'est plus à prouver, parviennent à faire une proposition tous publics, participative, qui esquisse des pistes parfois originales. Affaire à suivre !

    La Cie du DEUXIEME                 CONTACT                                (CHALON 2015)
    Pourquoi pas...

    EL NUCLEO                             SANS ARRÊT                                (CHALON 2015)
    Vraiment pas terrible. Pas au point.

    Cie d'ELLES                            BE FELICE, HIPPODROME URBAIN                                (CHALON 2015)
    À voir...

    Les FRERES JACQUARD             (SPECTACLE MUSICAL)                                (CHALON 2015)
    À voir, (vraiment) !

    GK COLLECTIVE                       URGENCE                                (CHALON 2015)

    Avis général : À voir, (vraiment) !

    Sorte d'entresort (un spectateur à la fois en espace clos), servi par un local de l'Abattoir qui s'y prêtait fort, et, dans la catégorie "le corps dans tous ses états", lui permettait de faire écho au remarquable In Secta (Femmes à Barbe, Chalon 2014), Urgences fut l'un des petits buzz de cette édition, et on comprend pourquoi une fois l'expérience faite. Car le mot expérience est sans doute le plus adapté pour décrire l'idée, simple mais originale (à ma connaissance, ce qui certes ne veut pas dire grand-chose), efficacement mise en œuvre, et suffisamment suggérée par la com disponible sur la pièce pour qu'on puisse se faire une idée correcte de ce à quoi s'attendre. Je respecterai donc la prière du collectif de garder le silence sur la trame concrète de la proposition.
    Reste à souligner le réalisme de l'accueil (dont j'ai mieux pris conscience lorsque je suis allé voir mon dentiste le lendemain matin^^). Reste à saluer aussi la stupéfiante fulgurance fantastique, sertie par le collectif dans la « pièce », qui a rejoint l'hallucinante Rossinante du Blues de la Mancha (Cirque Hirsute, Chalon 2013) au rang des instantanés les plus marquants de ma brève carrière de festivalier. Reste à saluer, enfin, la façon dont la pièce prend, sans lourdeurs artistiques, toutes les précautions nécessaires pour encadrer ce que la proposition peut avoir de bouleversant pour un spectateur fragile. L'universalité de son contenu la rend susceptible de toucher des publics très divers. Seul regret : la façon moyennement convaincante, peut-être trop littérale, dont sont convoquées certaines des informations recueillies auprès du patient avant sa consultation. Reste que la réussite du traitement proposé devrait lui valoir d'être déclaré d'utilité publique.

    Le GRAND JETE                       TURN AROUND BOY                                (CHALON 2015)
    Un peu mitigé...

    Les GROOMS                          RIGOLETTO                                (CHALON 2015)
    À voir.

    La GROSSE SITUATION             VOYAGE EXTRAORDINAIRE                                (CHALON 2015)
    À voir... Pas tout à fait au point.

    HEY! LA CIE                            HEY LA CIE VS WINSOR MC CAY    ciné-concert                                (CHALON 2015)

    Avis général : À voir... ¨Pas tout à fait au point.                                                              
    Effet produit : émerveillé, amusé...

    Je ne connaissais de Mc Cay que quelques planches de Little Nemo avant d’assister à ce cinéconcert, qui sonorise certains de ses films d’animation à la façon dont on le faisait au temps du muet…
    Une bonne partie de l’émerveillement produit par ce spectacle l’a été chez moi par la découverte des films eux-mêmes. Et sans doute, ce n’est déjà pas rien de mettre ces perles sous nos yeux sur grand écran. Peut-être les personnes, assez nombreuses, qui ont quitté la salle pendant le spectacle, les connaissaient-elles déjà, et s’attendaient-elles à une révérence moins discrète ? Le titre du spectacle (VS !) pouvait sans doute générer ce genre d’attentes. Mais il m’a semblé que la réaction de cette partie du public tenait encore à autre chose : le travail sonore de la compagnie prend une place si modeste qu’il passe d’abord inaperçu, qu’il s’efface derrière l’objet qu’il met à l’honneur. Même au premier rang, on ne remarque pas forcément tout de suite les bruitages subtils de Yannick Unfricht. Le dispositif, qui oblige les artistes à regarder l’écran pour synchroniser leurs effets sonores, et supprime donc le face à face avec le public, accentue le phénomène. Phénomène assez paradoxal, dans un festival où un certain nombre de spectacles souffrent plutôt du problème inverse, d’un bombardement sonore immodéré dans lequel la dimension visuelle se trouve noyée (voyez par exemple cette année Cirque Electrique, la partie médiane des spectacles de 100 Issues et du Grand Jeté…).
    Outre le plaisir ressenti face au travail de Mc Cay, on ressort donc un peu frustré de la séance, avec le sentiment que le travail accompli par la Cie pourrait être mieux mis en valeur.

    (à compléter).

    La HURLANTE                         REGARDS EN BIAIS                                (CHALON 2015)
    À voir... Pas tout à fait au point.

    ILOTOPIE                              LA RECETTE DES CORPS PERDUS                                (CHALON 2015)
    Pas terrible. Pas au point.

    KIROUL                                     LA BLARBE BLEUE                                (CHALON 2015)
    Vraiment pas terrible. Pas au point.

    LEANDRE                               ICEBERG                                (CHALON 2015)
    Plutôt moyen.

    LIBERTIVORE                         HÊTRE                                (CHALON 2015)
    À voir.

    MAGMA PERFORMING THEÂTRE  ALCOOL, UN PETIT COIN DE PARADIS                                (CHALON 2015)
    Un peu mitigé... Pas tout à fait au point ?

    MAKADAM KANIBAL                 ANATOMIK                                (CHALON 2015)
    Pas terrible. Pas au point.

    Le DETACHEMENT INTERNATIONAL DU MUERTO COCO            LECTURES INTERNATIONALES                                (CHALON 2015)
    Pourquoi pas...

    Le DETACHEMENT INTERNATIONAL DU MUERTO COCO            LECTURES SUPER-HEROïQUES                                (CHALON 2015)
    Pourquoi pas... Pas tout à fait au point ?

    Le DETACHEMENT INTERNATIONAL DU MUERTO COCO            LECTURES SEXUELLES                                (CHALON 2015)
    À voir, en priorité !

    MY!LAIKA                              POPCORN MACHINE                                (CHALON 2015)
    À voir...

    Cie N°8                                 GARDEN PARTY                                (CHALON 2015)

    Avis général : Un peu mitigé...

    Encouragé par les bons souvenirs que m'avaient laissé Donnez-nous votre argent et Francky O'Right (Ramonville, 2013), je me réjouissais pas mal en arrivant à Chalon de découvrir leur nouveau diptyque. Je suis sorti du premier volet suffisamment déçu pour me résoudre à ôter Cocktail Party de ma to-see-list.
    Evidemment, on s'amuse. Les mimiques de certains des acteurs sont bien ajustées. Mais la soi-disant critique de la bourgeoisie se résout à l'analyse en un défilé de clichés. La teneur sociologique de la pièce est à peu près nulle, sa portée (je veux dire, ce qu'elle est susceptible de produire de nouveau ou de déranger), inconsistante. Autrement dit, la drôlerie ne tient jamais à tel trait inaperçu qu'elle nous permettrait de remarquer. On chercherait en vain dans la pièce une valeur « mimétique », une forme de « réalisme ».
    Tout est parade pour la galerie dans l'existence sociale des « bourgeois », laquelle est vide de sens. (Davantage que le mot « bourgeois » ?). Les bourgeois boivent du champagne, vont à la chasse, jouent à colin-maillard, vont à l'opéra (… mangent de la merde ?), bref, jouent la comédie, composent avec le sourire et une bonne dose d'autosatisfaction un spectacle kitsch. Ils ne prennent pas même la peine de faire leurs crasses en cachette. Le message au service duquel la Cie N°8 met son énergie et ses talents reconnus, n'est pas franchement renversant d'originalité. C'est même plutôt pauvre.
    On répondra peut-être que le procès passe à côté de la pièce, burlesque et dénuée de prétention sociologique… Mais est-ce ce que laisse entendre la com produite autour de la pièce ? Au mieux, Garden Party suscite un rire consensuel, aux antipodes du moindre risque. Il y a, bien sûr, des échappées folles. Le remake de la bataille de Caerbannog est amusant. Celui des coprophages des 120 journées pourrait le devenir. Les chevaux et les cerfs de la partie de chasse sont plaisants, même si l'inversion des sexes est prévisible (tant le gender B. A. BA nous contraindrait à ressentir son absence comme une faute de goût). Point intéressant, mais piste insuffisamment défrichée, l'éclectisme culturel (Mozart et Disney) et une sorte de goût du remake et des scènes archétypales à travers la reprise desquelles est déchiffré le quotidien, mériteraient d'être mis en valeur par une juxtaposition plus abrupte des deux scènes.
    Bilan nuancé donc. Ma critique est sans doute un peu sévère, et l'aurait sans doute été moins si j'avais découvert N°8 avec ce spectacle. Elle est à la mesure de ma déception, eu égard au potentiel avéré des intéressés.

    Cie NUE / LISE CASSAZA          JE SUIS UN PUR PRODUIT DE CE SIECLE                                (CHALON 2015)
    À voir, (vraiment) !

    OPUS                                   LA VEILLEE                                (CHALON 2015)
    À voir !

    Collectif ORBE                        MURMURES URBAINS                                (CHALON 2015)
    Un peu mitigé... Pas au point.

    OUISTITI GLACE*                     OUISTITI GLACE 2.5                                (CHALON 2015)
    À voir...

    PUDDING THEÂTRE                  THEÂTRE DE L'EPOUVANTE                                (CHALON 2015)
    Plutôt moyen. Pas au point.

    Cie RAOUL LAMBERT                TITRE DEFINITIF* (*TITRE PROVISOIRE)                                (CHALON 2015)
    À voir !

    RETOURAMONT                       VOLUMINOSITE                                (CHALON 2015)
    Pas terrible. Pas au point ?

    ROUGE ELEA                           RONDE                                (CHALON 2015)
    À voir.

    THE A LA RUE                         DEVÊTU(E)                                (CHALON 2015)
    À voir...

    THEÂTRE GROUP'                     COMIQUE ?...                                (CHALON 2015)
    À voir.

    TRANSE EXPRESS                    MÙ - CINEMATIQUE DES FLUIDES                                (CHALON 2015)
    Un peu mitigé...


    Dernière édition par Marble le Dim 16 Aoû - 21:15, édité 4 fois
    avatar
    Marble
    Admin

    Messages : 8
    Date d'inscription : 28/07/2015

    Re: Marat Marble

    Message par Marble le Mar 28 Juil - 21:21

    SPECTACLES VUS à CHALON DANS LA RUE 2013

    3° ANDAR                                     ULTIMA PAISAGEM                    danse                                                                      (CHALON 2013)
    À voir.

    AARDLEK                                      OMMERZWAI                            théâtre, installation                                                    (CHALON 2013)
    À voir.

    AL1 & ANT1                                  LE KEM.02  
                                installation sonore participative                                    (CHALON 2013)
    Pourquoi pas...

    ANDROPHYNE                                CECI N'EST PAS UNE PERFORMANCE
     danse participative                                               (CHALON 2013)
    Plutôt moyen... Pas tout à fait au point.

    ANDROPHYNE                                FAITES UN EFFORT                   projection participative                                              (CHALON 2013)
    Plutôt moyen... Pas tout à fait au point.

    ATTENTION FRAGILE                       TANIA'S PARADISE                    cirque, petite jauge                                                   (CHALON 2013)
    À voir.

    BOUCHE A BOUCHE                         LE BANQUET DES MARIES  
            théâtre, très participatif                                             (CHALON 2013)
    À voir, (vraiment) !

    BRIGADA FAHREINHEITH 3.0             BOMBERS DE PARIS*
                       interventions itinérantes                                            (CHALON 2013)
    Un peu mitigé... Pas tout à fait au point...

    Le CARLONEON                              FUR HA FOLL                             entresort, cinéma                                                     (CHALON 2013)
    Pourquoi pas...

    CLIC                                            DES FOURMIS DANS LA LANTERNE  entresort                                                               (CHALON 2013)
    À voir.

    Les CLIQUETS                               EQUILIBRE(S) SUR CORDE
              corde                                                                      (CHALON 2013)
    À voir...

    Cie du COIN                                  ORCHESTRE DU COIN                 musique                                                                   (CHALON 2013)
    À voir en priorité !

    DAAD                                           CUISINE MACABRE                    théâtre, comique                                                       (CHALON 2013)
    Un peu moyen...

    DÀDIVAS                                      DÀDIVAS !... ESO ES                 théâtre, comique                                                       (CHALON 2013)
    Vraiment pas terrible du tout.

    DYNAMOGENE                                LE PETIT CATALOGUE            ensemble d'ateliers, de curiosités et d'événements         (CHALON 2013)
    À voir en priorité.

    EN RANG D'OIGNONS                       LES LIAISONS DANGEREUSES*      théâtre                                                                    (CHALON 2013)
    Plutôt moyen. Pas tout à fait au point ?

    ÊTRE'ANGE                                    MUTATIONS                            danse                                                                      (CHALON 2013)
    À voir...

    FEMMES A BARBE                           IN SECTA                                ensemble de curiosités, théâtre                                    (CHALON 2013)
    À voir !

    La FABRIQUE FASTIDIEUSE*               BORDERLINE BLUES*               danse/théâtre sans paroles                                        (CHALON 2013)
    À voir en priorité.

    FEMMES A BARBE                           UN DERNIER TOUR DE PISTE       théâtre                                                                   (CHALON 2013)
    À voir.

    Les GOULUS                                  PINARD ET PHILO DE COMPTOIR  théâtre                                                                   (CHALON 2013)
    Un peu moyen...

    Cirque HIRSUTE                              LE BLUES DE LA MANCHA       théâtre, cirque                                                        (CHALON 2013)
    À voir en priorité.

    ICI MÊME PARIS                             LE PLAN B                               danse                                                                     (CHALON 2013)
    À voir !

    KARIM SEBBAR                               LA TEMPÊTE OPUS 2                 danse                                                                     (CHALON 2013)
    Un peu mitigé...

    (KUB                                            BUBBLE(S) )                            musique                                                                  (CHALON 2013)
    Plutôt moyen... Pas au point.

    MABOUL DISTORSION                      ALEA [16.9-24]
                           théâtre, cirque, comique                                            (CHALON 2013)
    À voir, (vraiment) !

    P2BYM                                          LES APLATIS                           danse                                                                    (CHALON 2013)
    Un peu mitigé...

    PERNETTE                                     LA COLLECTION, ép. 3 : LA COLERE   danse                                                                 (CHALON 2013)
    À voir.

    (Les QUIDAMS, AEROSCULPTURE, NANO   ENVOLEE CHROMATIQUE)
         grande forme, tableaux                                             (CHALON 2013)
    Vraiment pas terrible.

    RETOURAMONT                              LES ONDES GRAVITATIONNELLES
    danse aérienne                                                        (CHALON 2013)
    Plutôt moyen...

    RODE BOOM                                   HOMME CORNU
                           mentalisme                                                              (CHALON 2013)
    À voir.

    RODRIGO PARDO                             FLAT                                  danse aérienne, avec narration                                  (CHALON 2013)
    À voir !

    TERRON                                        TIERRA EFIMERA                      dessin projeté en direct                                              (CHALON 2013)
    À voir.

    WILLI DORNER                                ABOVE UNDER INBETWEEN         danse                                                                     (CHALON 2013)
    À voir...

      La date/heure actuelle est Jeu 29 Juin - 10:54